Fantasmes

L’inconnu du cabaret

Je me suis représentée cette scène de sexe dans ma tête un nombre incalculable de fois en laissant mes doigts effleurer mon corps au gré de ma rêveuse fantaisie. Alors que je suis sur scène pour ma représentation, le cœur battant la chamade, j’entends le bruit de cette salle de cabaret remplie de spectateurs. Ces hommes et femmes qui me dévisagent intensément et avec qui je vais partager un instant de pure complicité érotique sur les notes d’une musique entêtante…

Femme sexe telephone : sexe au tel

Ce regard qui me trouble

Malgré la douce pénombre de la salle de spectacle, je le vois : ce visage parmi tant d’autres, ce regard ardent qui me liquéfie sur place, je me sens toute frétillante. J’ai l’impression que plus rien n’existe autour de nous, je sais dès cet instant que je vais danser ce soir uniquement pour cet homme. Assis au premier rang, il me dévore du regard. Je ne peux voir la couleur de ses yeux. Cependant, l’intensité de son regard qui glisse sur moi de haut en bas m’excite tellement que j’en mouille ma culotte. Je n’ai jamais ressenti cela pour aucun des clients présents lors de mes représentations.

Je n’ai jamais été aussi excitée…

Cette connexion sexuelle entre lui et moi à travers une salle bondée me fait l’effet d’un courant électrique grésillant sous ma peau. Gardant mes yeux rivés aux siens, je roule lentement mes épaules nues l’une après l’autre, avant de suivre du bout des doigts le décolleté plongeant en forme cœur de mon corset en satin et dentelle, effleurant au passage mes tétons durs et bourgeonnant de désir pour cet inconnu. Tout en lui lançant un regard mutin, je pose lentement mon pied chaussé d’un talon aiguille vertigineux sur la chaise et je me caresse langoureusement la jambe gainée de soie noire en remontant vers le porte-jarretelles autour de ma cuisse… 

Captive de son désir

J’ondule avec au rythme lent de la musique, consciente de ses moindres gestes. Je le mets au défi de ne pas avoir envie de me rejoindre sur l’estrade pour me prendre là sur la scène, avec toute la violence de son désir sous le regard envieux des autres spectateurs. Ensuite, je détache mes jarretelles avec une lenteur délibérée, faisant rouler l’un après l’autre mes bas sur mes chevilles… Tournant le dos aux spectateurs afin qu’il puisse me voir détacher le laçage de mon corset, j’imagine ses mains me caressant, empoignant fermement ma croupe rebondie pour la plaquer contre lui. Le plus important est ce désir qui envahi mon ventre d’une intense chaleur. Enfin, lorsque mon corset tombe à terre, me laissant couverte de cache-tétons adhésifs et de ma petite une culotte de soie rouge, jamais je ne me suis sentie si délicieusement nue, ni si avidement désirée.

Vous aimerez aussi...

Articles populaires chez Olivia